musorgue
"L'orgue est certes le plus grand, le plus audacieux, le plus magnifique de tous les instruments créés par le génie humain.
Il est un orchestre entier, auquel une main habile peut tout demander, il peut tout exprimer
" Honoré de Balzac

Toccata en ré mineur
de J.S. Bach
La Musique d'Orgue
 
Comment imaginer un rapprochement entre généalogie et musique ? Cela semble improbable et pourtant, il est difficile pour le créateur de ce site de passer sous silence ses principaux centres d’intérêt : c’est la raison pour laquelle figurent dans ces pages, de manière plus ou moins évidente et outre la recherche généalogique, sa passion pour l’arbre et la forêt, l’amour des enfants,
la photographie notamment de clochers, le plaisir de randonner dans des sites sauvages et l’engouement pour le chant polyphonique et la musique, en particulier les pièces pour orgue d’église
.
Les caractéristiques de l’orgue

L’orgue est un instrument à vent qui se distingue déjà des autres par sa taille imposante, parfois monumentale, mais aussi par sa capacité à prolonger le son aussi longtemps que le doigt reste appuyé sur une touche (ce qui justifie la signification du point d’orgue en solfège)
à l’opposé du piano ou du clavecin.
Il se différencie aussi par sa puissance et
la multiplicité de ses timbres, caractères
qui lui ont valu l’appellation de «roi des instruments».
C’est en tout cas le plus polyvalent, et la somme de tout ce que
l’on peut faire avec les instruments à vent.

Orgue de la cathédrale de Mende

.C’est, en outre, le résultat de tout
ce que la science empirique et
l’ingéniosité artisanale ont pu ensemble combiner de plus raffiné : on est stupéfait de constater qu’à la fin du Moyen Age - alors que la «mécanique» n’existe pas, que la science acoustique n’est pas née, que la charrue est encore primitive, que le papier n’existe pas encore, que l’imprimerie n’a pas été imaginée, et que tous les autres instruments de musique sont dans l’enfance - l’orgue possède déjà toutes ses caractéristiques, et d’une telle complexité !
Bref historique
L’orgue est étroitement associé à l’histoire de l’Eglise depuis le VII° siècle, mais un orgue portatif était déjà utilisé dans les
fêtes païennes et les jeux du cirque dans la Rome antique ! Vers 750, il se répand en Occident dans les abbayes, les églises
et les cathédrales. L’organiste commence à jouer des deux mains tandis qu’une tierce personne actionne les soufflets.

Orgue portatif - Toulouse
Des tuyaux de formes et de dimensions différentes sont mis en place, plus volumineux, avec de nouvelles sonorités. Le grand orgue s’installe ainsi au fond de l’église et le petit orgue de chœur permet les accouplements entre les deux instruments.
Les grandes orgues sont alors nées.
Puis apparaît le pédalier qui constitue un clavier supplémentaire actionné avec les pieds et permettant de jouer de véritables parties musicales. L’orgue conquiert ainsi au cours des siècles une place de plus en plus prestigieuse, s’imposant par sa majesté
et sa puissance.

Gravure d'une organiste (1568)

Orgue de la cathédrale
Notre-Dame de Clermont-Ferrand
Quant au buffet d’orgue, il cache
et protège l’instrument. Il joue un rôle essentiel de porte-voix, de résonateur
et constitue souvent, chez les anciens,
une œuvre d’ébénisterie très travaillée témoignant du style de son époque.
Il peut avoir une durée
de vie bien supérieure à la partie instrumentale, si bien qu’on peut trouver
de splendides buffets, richement décorés, agrémentés de sculptures parfois monumentales, mais contenant
un instrument complètement
anachronique.
Orgue de l'église de La Chaise-Dieu

L’orgue d’église
Dans l’église, l’orgue de chœur ou le grand orgue de tribune sont installés dans le but premier de permettre à l’organiste d’accompagner les offices. L’instrument est également utilisé pour donner des concerts d’orgue. L’orgue de tribune est généralement installé dans le fond de la nef de l’église, emplacement idéal sur le plan acoustique pour donner un récital d’orgue, véritable délice musical qui communique à l’auditoire le mystérieux envoûtement des résonances profondes de l’instrument.

Les maîtres de l'orgue
La richesse de l’instrument, avec ses
fantastiques possibilités de registration, ses jeux
riches et colorés, l’ajout d’une ligne avec
le pédalier, explique qu’il soit prédestiné
à la composition et à l’orchestration
.
Ainsi les grands organistes se sont révélés souvent de grands compositeurs. Les noms prestigieux de François Couperin, Louis Nicolas Clérembault, Nicolas De Grigny, Girolamo Frescobaldi, Georg Friedrich Haendel, Henry Purcell, Dietrich Buxtehude, Jean-Sébastien Bach, César Franck, Gabriel Fauré, Camille Saint-Saëns, Louis Vierne, Maurice Duruflé…ont jalonné la belle histoire de l’orgue jusqu’à nos jours. Parmi eux, Jean-Sébastien Bach est le maître incontesté de l’orgue, un génie incontesté
de toute la musique,
sachant donner à chaque forme
une perfection sans égale.
Premières mesures de la Toccata et Fugue en ré mineur BWV 565 de J.S. BACH
d'après la plus ancienne copie connue

Jean Sébastien Bach
(Eisenach 1685 - Leipzig 1750)
La toccata est une pièce musicale pour instruments à clavier, apparue dans la musique instrumentale au XV° siècle et dont la structure
est libre et de caractère improvisatoire et virtuose. Elle a été surtout en usage, dans la musique baroque, en Italie et dans les pays germaniques, mais c’est dans ceux-ci qu'elle prend ses dimensions les plus importantes.
Voici un excellent site sur les orgues d'Alsace : http://decorguesalsace.free.fr

Comment ne pas penser au grand orgue de
la cathédrale N.D. de Paris, après le violent incendie qui, le 15.4.2019, a détruit la  flèche
et la totalité de la toiture couvrant la  nef ,
le chur et le  transept . Des voûtes formant
le plafond se sont également écroulées

Jamais dans l'histoire, l'orgue n'avait subi
une telle menace, malgré les guerres et la Révolution. Toutefois, il semblerait que le feu
et l'eau l'aient miraculeusement épargné.
Avec ses 115 jeux et près de 8000 tuyaux,
il constitue un instrument prestigieux,
l'un des plus beaux du monde